Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Géopolitis21

Le Niger à la veille du retour à la démocratie

23 Janvier 2011 , Rédigé par hunza Publié dans #Géopolitique

Des élections présidentielles sont prévues au Niger le 30 janvier. Elles consacreront le retour à la démocratie dans un pays bien fragile. Pour preuve, les nombreux coups d’état, les fréquentes rebellions touarègues mais aussi, depuis 2007, l’apparition d’Aqmi (Al Qaïda  au Maghreb islamique) qui a revendiqué le tragique enlèvement des 2 otages français à Niamey début janvier. Quelle est donc la situation du Niger à la veille de ces élections ?

 

Un peu d’histoire :

 

Depuis la fin du 19ème siècle jusqu’en1960, le Niger est une colonie française. Au début du 20ème siècle, Britanniques et Français tracent une frontière qui sépare les populations haoussas entre le futur Nigeria et le Niger.

 

Le 3 août 1960 = c’est l’indépendance et le Niger devient une république.

 

1er coup d’état le 15 avril 1974 qui est la conséquence de la corruption du régime et d’une sécheresse mal gérée.

 

Décembre 1989 = présidentielles suite à l’approbation de la seconde constitution du Niger qui institue une nouvelle république. Mais le président est élu avec 99 % des voix.

 

Mai 1990 = début du soulèvement touareg contre le pouvoir central. Incapable de résister, l’armée nigérienne s’acharnera surtout sur les civils. Il faudra attendre 1995 pour qu’un accord de paix soit enfin trouvé.

 

29 juillet 1991 = début de la conférence nationale sur le multipartisme, conséquence du discours de François Mitterrand à La Baule. Elle durera 2 ans.

 

27 mars 1993 = après l’approbation d’une nouvelle constitution, Mahamane Ousmane est élu président de la république.

 

24 avril 1995 = accord de paix signé avec les Touaregs.

 

27 janvier 1996 = 2ème coup d’état qui installe au pouvoir le colonel Barré Maïnassara car à la suite d’une cohabitation qui se passe mal entre le président Ousmane et son premier ministre issu d’une majorité parlementaire hostile au président, les militaires n’étaient plus payés ….

 

9 avril 1999 = 3ème coup d’état = Barré Maïnassara est assassiné et des hommes de sa garde présidentielle. Un régime de transition se met en place pour préparer le retour à la démocratie.

 

Décembre 1999 = après l’approbation d’une nouvelle constitution, Mamadou Tandja est élu président de la république.

 

Février 2007 = début d’une nouvelle rébellion contre le pouvoir central pour réclamer plus de démocratie, l’amélioration des conditions économiques mais aussi l’application des termes de l’accord de paix signé en 1995. Elle finira par éclater en plusieurs mouvements avant de s’éteindre grâce à l’intervention de Kadhafi.

 

4 août 2009 = malgré l’opposition de la cour constitutionnelle qu’il a fait dissoudre, le président Tandja organise un référendum sur la modification de la constitution qui lui permettra de se représenter à la présidence autant de fois qu’il le veut.

 

10 février 2010 = nouveau coup d’état. La junte militaire promet le retour à un régime démocratique.


 

Le Niger aujourd’hui :

  Niger

 

Si le sud-ouest du Niger est traversé par le fleuve éponyme, plus de 80 % du territoire est désertique. Et pourtant, la population ne cesse d’augmenter puisque le Niger détient le record mondial du taux de fécondité avec plus de 7 enfants par femme en 2009. Alors que le prochain recensement aura lieu cette année, on estime en 2009 la population nigérienne à 15,3 millions d’habitants. Le recensement de 2001 en avait comptabilisé 10 millions.

 

 

 

Le taux d’alphabétisation est très faible car il se situe autour des 20 % et plus de 60 % de la population vit avec moins de 1$ par jour.

 


 

Année 2009

Niger

France

PIB

5.4 milliards  $ (1)

1 923 milliards  €

PIB/hab

352 $ (1)

30 000 €

Chômage

?

9.4 %

Croissance

- 0.8 %

-2.5 %

Inflation

- 3.1 %

0.1 %

Balance  commerciale

- 1.2 milliard $

- 43 milliards €

                        (1) = banque mondiale

 

Les aléas climatiques provoquent des sécheresses – la dernière importante a eu lieue en 2005 -  or 90 % des Nigériens vivent de l’agriculture. En 2008, la construction du barrage de Kandadji a débuté sur le Niger. A partir de 2013, il devrait permettre de lutter contre la sécheresse en stockant 1.6 milliards de m3 d’eau.

 

La richesse du Niger réside dans la présence de mines d’uranium. En 2010, le pays était le 3ème producteur mondial (environ 3 000 tonnes extraites) et se plaçait au 2ème rang mondial pour ses réserves après celles du Canada. Le gisement d’Imarouren dont le permis d’exploitation a été attribué au groupe français AREVA en janvier 2009 est le 2ème en importance au monde. Mais la France n’est plus le seul pays à prospecter et exploiter ce minerai. La concurrence est rude avec la Chine, les USA, le Canada, la Russie, l’Australie, etc … car la filière nucléaire a de beaux jours devant elle.

 

Plusieurs concessions ont aussi été distribuées aux sociétés de plusieurs pays pour détecter la présence de pétrole. Actuellement les Chinois commencent à exploiter le site d’Agadem où les réserves de pétrole sont estimées à 324 millions de barils.


 

Le Niger et les enjeux géopolitiques :

 

Le problème touarègue : si, avant la décolonisation, les Français avaient un moment imaginer  leur attribuer un pays, les Touaregs se sont retrouvés après les indépendances partagés entre plusieurs pays. Peuples nomades, ils sont confrontés à des frontières mais aussi et surtout à des gouvernements qui ne voulaient pas reconnaître leurs particularismes comme au Mali et au Niger. Des rebellions sanglantes s’en sont suivies. Au Niger, comme on l’a vu plus haut, un accord de paix a été signé en 1995 mais en 2007, la rébellion se rallumait jusqu’en 2009. Mais le conflit est mal éteint et  quiconque veut faire pression sur Niamey peut souffler sur les braises encore chaudes et rallumer la révolte des Touaregs qui supportent mal leur marginalisation politique et économique.

 

Les intérêts économiques : avec la présence de pétrole et surtout d’uranium, le Niger est devenu un terrain de lutte entre diverses nations pour s’approprier ses richesses. Ainsi l’ancienne puissance coloniale qu’est la France voit peu à peu son « hégémonie » s’effriter.  La Chine qui ne se pose aucune question sur le degré de démocratie d’un régime est de plus en plus présente au Niger. Ses besoins en matières premières sont colossaux pour accompagner son formidable développement économique. Les USA qui s’intéressent au Sahara pour des motifs qui ne sont pas que la lutte anti terroriste. D’autres pays ont tout aussi intérêt à amoindrir la position de la France au Niger pour se procurer l’uranium qui est le combustible indispensable à l’industrie nucléaire partout relancé dans le monde en raison de l’augmentation du coût du pétrole mais aussi en prévision de l’épuisement de ses gisements. Or les quantités disponibles d’uranium sont elles aussi limitées.

 

L’Aqmi : depuis janvier 2007, l’Aqmi a fait son apparition dans le paysage « géostratégique » mondial. Ses militants se déplacent dans le désert saharien d’autant mieux que ce dernier est immense et difficilement contrôlable. Leurs actions peuvent aussi bien concerner la Mauritanie que l’Algérie, le Mali et le Niger. C’est à Arlit le 16 septembre 2010 que sont enlevés 5 Français qui travaillaient pour le compte d’AREVA. C’est encore à Niamey que le 8 janvier 2011 sont enlevés 2 Français. L’Aqmi a donc mis à exécution ses menaces proférées à l’encontre de la France en juin 2009 en la qualifiant de « mère de tous les vices ».

Mais qui sont vraiment les combattants d’Aqmi ? Emanation du groupe salafiste algérien GSPC, l’Aqmi compterait dans ses rangs environ 500 combattants divisés en plusieurs groupes. S’ils se présentent comme des djihadistes, ils pourraient paradoxalement être manipulés et faire le jeu des grandes puissances dans la lutte d’intérêts qu’elles mènent dans la région. Ils pourraient aussi être intéressé par le brigandage qui a toujours existé dans le désert. Or on sait qu’aujourd’hui, le Sahara est devenu le lieu d’importants trafics. Celui des armes mais aussi de la drogue comme la cocaïne en provenance d’Amérique du sud vers l’Europe.

 

Contentieux territorial avec la Libye qui revendique environ 30 000 km² de territoire nigérien dans le prolongement de la bande d’Aouzou.


 

Conclusion :

 

Une démographie galopante, un chômage des jeunes important, une agriculture sujette aux aléas de la météo, un conflit latent au nord avec les Touaregs, des gisements d’uranium qui excitent la convoitise de nombreuses puissances et la présence de l’Aqmi sont les problèmes majeurs qu’aura à gérer le prochain président du Niger.

On observe que depuis les évènements récents et dramatiques provoqués par l’Aqmi, la France en a profité pour renforcer son dispositif militaire dans la région. Ses intérêts dans la production d’uranium sont énormes car le Niger lui fournit plus du tiers de ses besoins dans sa consommation nucléaire civile et militaire. Ainsi Niamey se retrouve « protégé » peut être à son corps défendant.

Mais l’espoir pour les Nigériens, en plus du retour à la démocratie, réside dans l’importante augmentation des cours de l’uranium que le jeu de l’offre et de la demande va générer. Car avec l’exploitation prochaine du site d’Imarouren, le Niger va devenir le 2ème producteur mondial d’un minerai de plus en plus convoité et donc cher.

 

 

Le 23 janvier 2011

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

(Clovis Simard,phD) 09/02/2011 01:48


Bonjour,

Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.

Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.

La Page No-19:DATTIER !

ORIGINE DE LA DÉMOCRATIE en MATHÉMATIQUES.

Cordialement

Clovis Simard