Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Géopolitis21

La question nucléaire au Proche et Moyen-Orient

4 Avril 2010 , Rédigé par geopolitique2010.over-blog.com Publié dans #Géopolitique

Face à Israël qui la possède déjà, l’Egypte, la Syrie et l’Arabie Saoudite sont des acquéreurs potentiels de la bombe nucléaire. Mais paradoxalement, c’est l’évolution du nucléaire iranien qui peut avoir de lourdes conséquences sur la décision de ces derniers quant à son acquisition finale.

 

  • Israël :

 

Depuis 1967, Israël dispose de la bombe grâce entre autre à l’aide de la France. Combien de têtes nucléaires ? Une centaine probablement. Mais rien n’est officiel. Cependant Israël n’a jamais adhéré au traité de non prolifération (TNP) signé en 1968 ce qui empêche toute investigation de l’AIEA dans ses sites…. Mais si Israël se déclare officiellement puissance nucléaire, les pays de la région ne pourront pas ne pas réagir et chercheront à s’en doter aussi. Or Israël fait tout pour conserver son monopole. Il en a fournit la preuve avec le bombardement du réacteur Osirak en Irak en 1981 mais aussi de celui en Syrie en 2007. Sans parler des menaces à destination de l’Iran.

 

  • L’Egypte :

 

Nasser dans les années 60 n’avait pas caché son intention de doter son pays de l’arme atomique. D’une part pour assurer sa défense contre Israël et d’autre part pour donner de la fierté au monde arabe. Sadate a abandonné le projet en faisant adhérer l’Egypte au TNP en 1981. Mais le pays a continué de développer un programme dans la recherche du nucléaire civil très poussé.

Que fera l’Egypte si l’Iran dispose de la bombe ? Pays arabe le plus peuplé et le plus puissant au Moyen-Orient après Israël, il ne pourra accepter la prééminence militaire d’un autre pays de surcroît chiite dans la région. D’autant plus que l’Iran dans sa posture guerrière contre Israël et dans sa volonté de résister aux injonctions US pour stopper la fabrication de la bombe s’assure la sympathie du monde arabe déçue par la passivité de la diplomatie égyptienne dans les affaires palestiniennes.

Remettre au goût du jour l’élaboration de la bombe permettrait au régime de Moubarak affaibli par les difficultés économiques de son pays, par la question de sa propre succession et surtout par la popularité croissante de l’opposition représentée par les Frères musulmans qui détiendraient d’ailleurs le pouvoir si Moubarak ne les en avaient pas empêché, de retrouver un certain crédit auprès de sa population et du monde arabe.

Il est certain que si l’Iran dispose de la bombe, Israël déclarera l’avoir aussi et l’Egypte se devra de réagir d’autant plus que les Frères musulmans ont clairement fait savoir qu’ils étaient favorables à sa possession.

Quid de la position des USA qui sont à la fois les alliés d’Israël et de l’Egypte ?

 

  • La Syrie :

 

Le bombardement israélien du réacteur d’Al Kibar dans la nuit du 5 septembre 2007 a démontré que la Syrie s’intéressait elle-aussi au programme nucléaire militaire avec l’aide probable de la Corée du Nord. La présence US depuis 2003 en Irak et une pression grandissante envers son régime accusé de soutenir le terrorisme ont certainement contribué Bachar el-Assad à vouloir disposer de la bombe afin de sanctuariser son pays. Sans oublier l’ennemi israélien avec lequel aucun traité de paix n’a été signé et qui occupe toujours le plateau du Golan.

 

  • L’Arabie Saoudite :

 

L’Iran chiite est le principal ennemi de l’Arabie sunnite depuis le début de la révolution iranienne en 1979. D’une part parce que son prestige de leader du monde musulman (gardien des lieux saints) est de plus en plus remis en cause par l’activisme iranien et d’autre part par la crainte de l’éclatement de son territoire, une importante minorité chiite vivant dans la principale zone pétrolifère du royaume.

Lors de la guerre Iran-Irak, l’Arabie a soutenu l’Irak contre l’Iran. Dans la guerre opposant le Hezbollah allié de l’Iran à Israël, l’Arabie n’est pas intervenu bien au contraire. Et dans le conflit irakien, il y a le refus de voir naître sur sa frontière un Etat chiite qui pourrait être un allié majeur de l’Iran.

Si l’Iran acquiert la bombe, le régime saoudien pourrait être amené à se doter lui aussi de la bombe pour se défendre de l’Iran. Mais elle ne dispose pas des moyens de la produire à court terme. Demandera-t-elle alors aux USA de lui assurer une protection nucléaire ? Mais on sait depuis la guerre du Golfe en 1991 que la population saoudienne s’est radicalisée à l’encontre des occidentaux ….  Il est plus probable que l’Arabie se tournera vers le Pakistan qu’il a toujours soutenu financièrement, qui est un fidèle allié sunnite et qui possède la bombe depuis les années 70. Ces derniers pourraient stocker des têtes nucléaires sur le sol saoudien d’autant plus qu’une partie de l’armée saoudienne est déjà composée de Pakistanais ….

 

  • Les USA et l’Iran

 

Si l’Iran dispose de la bombe, beaucoup de pays arabes peuvent imaginer que les USA n’ont pas pu l’en empêcher ce qui équivaut à de la faiblesse voire qu’ils n’ont pas voulu l’empêcher. Car rien ne dit que le régime des mollahs sera éternel. Un régime plus favorable aux USA pourrait bien lui succéder et dans ce cas les USA pourrait préférer jouer la carte de la Perse et des chiites par rapport aux sunnites. L’Iran est une nation millénaire et riche en pétrole alors que l’Arabie Saoudite est un Etat jeune et instable qui pourrait être démembré. L’Iran nucléaire redevenu favorable aux USA rassurerait Israël qui continuerait de veiller à son monopole nucléaire sur les pays arabes ....

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article