Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Géopolitis21

Etat de la démographie russe après le recensement de 2010

9 Décembre 2012 , Rédigé par geopolitique2010.over-blog.com Publié dans #Géopolitique

Depuis des années, de nombreux articles de presse nous expliquent que la Fédération de Russie, pays de 17 millions de km² soit 34 fois la superficie de la France, connaît un déclin inexorable de sa population depuis les années 1990. Qu’en est-il exactement ?

Quelques chiffres :

Le résultat des derniers recensements :

En 1989 a lieu le dernier recensement de l'ère soviétique et la Russie compte 147 400 537 habitants.
En 2002, le premier recensement effectué dans la Fédération de la Russie en dénombre 145 166 700 soit plus de 2 millions d’habitants de moins qu’en 1989 et encore la diminution aurait pu être pire si de nombreux de Russes n'avaient pas quitté les ex républiques soviétiques pour la "mère-patrie" depuis la fin de l'URSS ….
Réalisé en décembre 2010, les résultats du dernier recensement confirment la baisse de la population russe déjà constatée en 2002 avec 142 856 500 habitants. Si le chiffre peut prêter à contestation en raison d’importantes erreurs ou tricheries commises lors de la collecte des informations, il ne remet pas en cause la réalité de ce déclin sur ces vingt dernières années.

2009, l’année du renversement de tendance ?

En 2005, la Fédération de Russie perd 739 000 habitants. C'est l'année record ! En 2008, ce n'est plus que ... 119 900 habitants en moins et en 2009, pour la  première fois depuis les années 90, la Russie le solde est quasi nul. Pour le  premier ministre, Vladimir Poutine, initiateur de mesures natalistes en 2006, c'est une victoire. Mais assiste t-on vraiment à la fin du déclin démographique russe ?
Depuis 1999 (1 214 689 naissances), la natalité remonte et la mortalité diminue depuis 2003 (2 325 866 décès) mais le solde naturel reste négatif. Ainsi, c'est le solde migratoire qui, ces dernières années, permet de compenser le solde naturel négatif. 

  1990 2000 2005 2008 2009 2010 2011
Naissances 2 000 000 1 266 800 1 457 400 1 713 900 1 761 700 1 788 948 1 796 629
Décès 1 700 000 2 225 300 2 303 900 2 075 900 2 010 500 2 058 516 1 925 720
Immigration   359 330 177 230 281 614 279 907 191 656 356 520
Emigration   145 720 69 798 39 508 32 458 33 578 36 477

Les chiffres sont issus de Rosstat, le service fédéral russe des statistiques


  • Tentative d'explication de ce déclin :


Elle coïncide avec l'arrivée de Gorbatchev au pouvoir (1985-1991). La mise en place de la perestroïka suivi de l'effondrement du système soviétique. Toute la société s'est trouvée désorganiser et la population a du affronter de plein fouet la mise en place d'une économie nouvelle et libérale pour laquelle elle n'était nullement préparée. La paupérisation de la population russe s'est ainsi accélérée sans que l'Etat russe ne puisse grand chose. Et le système de santé qui, du temps des Soviétiques était gratuit, s'est lui aussi complètement délité. 
Il y a aussi le problème de l'alcool. La vodka serait responsable d'environ un décès sur 5 par an. Sans compter sa responsabilité dans les accidents de voiture et du travail, la violence, etc ...
Et puis, il y a un nombre record d'avortements - les chiffres officiels qui avoisinent le million sont probablement très inférieurs à la réalité, beaucoup d'avortements n'étant pas déclarés - car c'est le principal moyen de contrôle des naissances.

  2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
Avortements 1 665 693 1 500 000   1 234 000   1 186 000 989 375
Accidents     33 308   26 084 28 560  
Suicides           32 844  
Homicides           18 564  

Les chiffres sont issus de Rosstat, le service fédéral russe des statistiques

En 2011, l'espérance de vie des Russes est de 64,3 ans pour les hommes (causes = alcoolisme, tuberculose, hépatite C, sida, maladies cardiovasculaires, etc …) et de 76.1 ans pour les femmes. En 2006, elle était de 60,4 pour les hommes et 73.2 ans pour les femmes.
Quant au taux de fécondité des femmes en 2011, il est égal à 1.61 enfants par femme quand il faudrait qu'il soit au minimum de 2 pour éviter la baisse de la population.

  • Quelle conséquence pour la Russie :


L'immensité de son territoire fait de ce dernier un territoire "vide". Ainsi la partie sibérienne à l'est d'Irkoutsk compte environ 6.4 millions d'habitants alors que le voisin chinois compte plus de 1,3 milliards d'habitants sur un territoire surpeuplé et qui devient de plus en plus dépendant de matières premières qui regorgent en Sibérie .... Plusieurs millions de clandestins chinois vivent déjà sur le sol russe.
Les pays au sud de la Russie ou ex républiques soviétiques connaissent eux aussi une explosion démographique. Leur difficile situation économique ne permet pas de trouver du travail à tous les nouveaux venus sur le marché du travail ce qui favorise l'émigration vers le voisin russe qui a beaucoup de mal à accepter ces "Caucasiens". Et puis ces républiques sont travaillées par le renouveau de l'islam qui peut à terme devenir un problème pour la Russie. A noter qu'au sein même de la Fédération de Russie, le déclin démographique ne concerne pas la communauté musulmane, principalement représentée par les 5 millions de Tatars, dont le nombre ne cesse d'augmenter.

Avec une population qui ne se renouvelle plus depuis longtemps et qui, de surcroît, vieillit, comment la Russie peut-elle retrouver la place de grande puissance dans le monde qu'elle avait du temps de l'URSS. Certes, le pétrole et le gaz lui redonnent pour un temps encore une importance sur l'échiquier mondial mais il s'agit de matières premières quand la Chine et l'Inde, voire la Corée qui peut être un jour sera réunifiée, sont en train de fonder des économies autrement plus redoutables avec des populations nombreuses et jeunes et de devenir les très grandes puissances de demain.
Sans oublier l'hyperpuissance américaine qui n'a de cesse d'encercler la Russie comme elle le fait avec la Chine pour garder la maîtrise du monde.

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article