Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Géopolitis21

L'Australie, un pays de plus en plus tourné vers l'Asie ?

30 Octobre 2012 , Rédigé par hunza Publié dans #Géopolitique

L’Australie

 

 

L’Australie, fondée par les Britanniques et grand allié des USA, voit de plus en plus son avenir se tourner vers les pays asiatiques, à la fois plus proches géographiquement et, surtout, en plein boom économiquement. Mais que savons nous en France de ce pays si lointain dont on ne parle qu’au moment des confrontations entre les équipes de rugby de nos deux pays ?

 

ac195f0

 

La géographie :

 

Avec ses 7.6 millions de km², l’Australie est le 6ème pays au monde par ses dimensions. C’est aussi la plus grande île.

Au nord, ses côtes au climat tropical sont proches de l’Indonésie, le 4ème pays le plus peuplé au monde (243 millions d’habitants) quand l’Australie n’en a que 21.5 millions alors qu’elle est x fois plus vaste).

Au centre, le pays est désertique.

Au sud-est, dans un climat tempéré, se trouve concentrer la majorité de la population avec les villes les plus importantes : Sydney (4.5 millions d’habitants), Melbourne (4 millions), Brisbane (2 millions) et la capitale, Canberra.

 

La population :

 

Lors du dernier recensement (2011), le pays comptait 21.5 millions d’habitants dont un quart né à l’étranger ce qui montre que l’Australie demeure toujours un grand pays d’immigration. Cette dernière est de plus en plus en provenance des pays asiatiques.

 

Pays de naissance des résidents australiens nés hors du pays

 

1996

2010

1996

2010

Royaume Uni

1 164 140

1 192 880

27.3 %

19.9 %

Nouvelle Zélande

315 050

544 170

7.4 %

9.1 %

Chine

121 150

379 780

2.8 %

6.3 %

Inde

84 780

340 600

2 %

5.7 %

Italie

259 130

216 300

6.1 %

3.6 %

Chiffres provenant de l’Australian bureau of statistics 

 

En 2011, 12 % de la population australienne s’est déclarée d’origine asiatique contre 5.5 % lors du recensement de 2001. Quant aux premiers habitants de ce pays, les aborigènes, ils représentent seulement 2.5 % de la population avec les insulaires du détroit de Torres.

En plus d’une importante immigration, le nombre de naissances vivantes ne cessent de croître ces dernières années pour atteindre un taux de fécondité de 1.9 %.

 

 

2006

2007

2008

2009

2010

2011

Naissances

265 949

285 213

296 621

295 738

297 900

301 617

Décès

 

 

143 900

140 800

143 500

 

Chiffres provenant de l’Australian bureau of statistics 

 

Ainsi, avec un nombre de naissances supérieures aux décès (accroissement naturel) et un solde migratoire positif, la population australienne augmente  de façon constante. En 2006, 19.855 millions d’habitants étaient recensés et, en 2011, 21.5 millions. Cependant, pour une superficie de plus de 7.6 millions de km², l’Australie est un pays sous peuplé avec une des plus faibles densité au monde soit 2.8 habitants au km².

 

Les institutions :

 

L’Australie est une fédération composée de six Etats : l’Australie-Occidentale, le Queensland, l’Australie-Méridionale, la Nouvelle-Galles du Sud, Victoria et Tasmanie auxquels s’ajoutent  trois territoires : Territoire du Nord,  Canberra et le territoire de la baie de Jervis.

Toujours membre du Commonwealth, le pays est une monarchie constitutionnelle dotée d’un régime parlementaire. Depuis les législatives anticipées du 21 août 2011 lors desquelles il n’y a pas eu de vainqueur, c’est madame Julia Gillard qui s’est succédée à elle-même au poste de premier ministre car elle a réussi à former un gouvernement de coalition autour des travaillistes dont elle est issue.

 

L’économie :

 

Membre du G20, l’Australie est la 12ème puissance économique du monde en 2012 pour un PIB de 1 372 milliards de $ (chiffre banque mondiale). Fort de la richesse de ses ressources en minerais et en hydrocarbures et des besoins grandissants de la Chine pour faire tourner ses industries, le pays a bénéficié d’un taux de croissance de plus de 3 % ces dernières années quand la plupart des pays occidentaux étaient touchés par la crise.

Quelques chiffres en 2011 :

 

·        1er producteur mondial de fer (420 millions de tonnes) et de bauxite, etc …

·        2ème producteur d’or (264 tonnes derrière la Chine), de tantale et de plomb.

·        3ème producteur d’uranium derrière Kazakhstan et Canada; de charbon derrière la Chine et les USA.

·        4ème producteur mondial d’argent = 55.26 millions d'onces en 2011 (source silver institute).

·        Diamants, cadmium, cobalt, zinc, etc …

 

Elle détient les 1ères réserves mondiales de nickel devant la Nouvelle Calédonie et d’uranium, les 2èmes réserves en minerai de fer derrière le Brésil, d’or, de bauxite et de cuivre, la  4ème pour le charbon, etc ….

 

L’Australie produit du pétrole (484 000 barils / jour) et du gaz (45 milliards de mètres cubes / jour) et dispose d’immenses réserves de gaz au large encore inexploitées.

 

Sur le plan agricole, ses principales productions sont :

·        le blé avec une récolte record en 2011 : 29.5 millions de tonnes dont 24 millions exportées.

·        le coton : 1.1 million de tonnes en 2012

·        la canne à sucre = 28 millions de tonnes en 2012

·        l’orge

·        le riz (955 000 tonnes en 2012)

Sans oublier l’élevage (viande) avec 70 millions de bovins et la laine (près de 74 millions d’ovins).

 

Comme tout pays développé, c’est le secteur tertiaire qui est le plus développé puisqu’il concerne 70 % du PIB, devant les mines (27 %) et l’agriculture (3 %). Les investissements extérieurs (IDE) sont parmi les plus importants au monde et concernent surtout les gisements d’hydrocarbures.

Ses partenaires économiques principaux sont dans l’ordre la Chine qui est passée devant le Japon en 2007, les USA et l’Inde.

 

L’histoire :

 

En 1787, sur décision du roi Georges V, partent les premiers bagnards vers les terres australes  que James Cook avait découvert en 1770. Ils arrivent en janvier 1788 dans l’anse de Port Jackson (= futur Sydney).

Avec l’arrivée de nouveaux forçats et de colons libres, la colonisation s’étend et les Britanniques qui croyaient que ce territoire était vide (« terra nullius ») découvrent la présence d’aborigènes.

 

En 1867, c’est l’arrêt de l’envoi des forçats.

 

Le 1 janvier 1901, les 6 colonies australiennes autonomes sont regroupées en un Etat fédéral, membre du Commonwealth, dont le chef de l’Etat est la Reine d’Angleterre. Une politique restrictive en matière d’immigration est mise en place qui privilégie une Australie blanche (= white australia policy), l’objectif étant d’accueillir que des Anglo-saxons ou des Européens du nord susceptibles de s’angliciser plus vite.

 

Lors de la seconde guerre mondiale, après la chute de Singapour (15 février 1942), les Britanniques ne pouvant plus protéger l’Australie, les Japonais bombardent plusieurs villes au nord dont Darwin. La peur d’un débarquement s’installe parmi la population dès lors que ces derniers s’installent en Papouasie - Nouvelle Guinée qui n’est pas très éloignée de leurs côtes. Mais, finalement, les Américains stoppent l’expansion japonaise (bataille de la mer de Corail) et deviennent les protecteurs de l’Australie.

Face au danger japonais, les Australiens ont compris qu’ils sont peu nombreux démographiquement : ils lèveront les discriminations à l’égard des blancs non anglophones.

 

Le 27 mai 1967, par référendum, les aborigènes sont reconnus comme des citoyens australiens à part entière et obtiennent le droit de vote.

 

En 1973, l’entrée du Royaume Uni dans le marché commun ferme une partie du marché britannique aux exportations australiennes. Dès lors, l’Australie va réorienter sa géographie économique vers l’Asie.

 

En 1974, l’immigration asiatique est autorisée.

 

En juin 1992, la Haute Cour réfute pour la première fois la notion de « terra nullius ». Ainsi l’Etat australien reconnaît l’antériorité des aborigènes et peut donc reconnaître à ces derniers des droits sur des terres qu’ils occupaient.

 

Le 6 novembre 1999, par référendum, les Australiens repoussent la proposition d’abandon de la monarchie constitutionnelle  au profit de la république.

 

La géopolitique :

 

Depuis la seconde guerre mondiale, les USA ont remplacé le Royaume-Uni dans la défense de l’Australie. L’immensité de son territoire, la faiblesse démographique de sa population – alors que l’Australie se trouve proche des pays les plus peuplée au monde que sont la Chine, l’Inde et l’Indonésie - et une armée à l’effectif réduit (56 552 militaires professionnels  en 2010 avec un budget de la défense équivalent à 1.9 % du PIB) ont rendu cette alliance indispensable pour assurer sa sécurité. C’est ainsi que le 1 septembre 1951 à San Francisco, l’Australie a conclu une alliance défensive avec les USA et la Nouvelle-Zélande (ANZUS). Le 8 septembre 1954, elle a adhéré à l’OTASE (pacte de Manille ou organisation du traité de l’Asie du Sud-est qui comprenait aussi les USA, le Royaume-Uni, la France, la Thaïlande, les Philippines, la Nouvelle Zélande et le Pakistan). L’OTASE a été dissoute en 1977 à la fin de la guerre froide.

 

Depuis 1945, le pays participe à toutes les guerres aux côtés des USA : Corée (1950-53), Vietnam (1965-1972), guerre du Golfe (1991), Irak (2003- 2009) et Afghanistan (retrait des troupes prévu pour 2013).

 

Bien que les relations commerciales soient excellentes entre la Chine et l’Australie, la politique de plus en plus agressive de cette dernière en Asie du sud-est inquiète l’Australie au point que le président US Obama a annoncé le 16 novembre 2011 l’envoi de soldats sur le sol australien à partir de mai 2012. A terme, 2 500 soldats US devraient y être déployés.

 

En 2001, après les attentats contre les tours du World Trade center, l’Australie s’est rangé immédiatement derrière les USA dans la lutte contre le terrorisme (réactivation de l’ANZUS). Mais en 2002, deux  attentats commis par des islamistes visent la communauté australienne à Bali et causent la mort de 98 Australiens uniquement à cause de leur identité occidentale. Pour l’Australie, c’est un traumatisme, comme une sorte de 11 septembre.

 

En Océanie, l’Australie mène une politique extérieure de puissance régionale comme sa voisine anglo saxonne, la Nouvelle Zélande. Si elle intervient surtout en tant que partenaire financier, elle peut aussi envoyer ses soldats rétablir l’ordre. Ainsi, son influence est grande dans les pays suivants :

·        La Papouasie Nouvelle Guinée indépendante depuis 1975 qui a beaucoup de mal à se développer et qui connaît des regains de tension ethniques comme dans l’île de Bougainvillée.

·        Les Iles Salomon où les militaires australiens sont intervenus en 2003 pour mettre fin à une rébellion ethnique.

·        Les Tonga où des soldats australiens sont venus ramener le calme en 2006.

·        Vanuatu

·        Nauru

·        Les îles Fidji où le conflit ethnique est latent.

Il est probable que le jour où la Nouvelle Calédonie deviendra indépendante, l’Australie tentera de la faire rentrer dans sa sphère d’influence. Mais à ce jour, la question du nucléaire ayant été définitivement réglée, la présence de la France dans le Pacifique permet d’assurer une certaine stabilité dans cette région qui compte de nombreux micro Etats.

 

C’est avec son voisin le plus proche, l’Indonésie, que l’Australie a commencé à vouloir exercer une diplomatie autonome de celle des USA en Asie. Il s’agissait de la question du Timor oriental. Le 20 septembre 1999, elle est intervenue militairement sous l’égide de l’ONU (mission Interfet) dans cette province (majoritairement chrétienne) que l’Indonésie occupait et revendiquait. Cela permit au Timor d’accéder à son indépendance et, depuis, elle assure sa protection. Elle l’aidera aussi à exploiter le pétrole qui se trouve dans ses eaux.

 

Conclusion :

 

La situation de l’Australie parait donc ambivalente. D’un côté, son économie profite des immenses besoins en matières premières de la Chine et, de l’autre, elle renforce son alliance avec les USA sur un plan politique et stratégique pour pouvoir faire face à l’émergence de cette nouvelle superpuissance.

De plus, tout en restant clairement occidental, l’Australie cherche à intégrer la communauté asiatique qui tente de se construire mais dont les valeurs sont profondément différentes des siennes. Sa volonté d’appartenir à la zone la plus dynamique de la planète, dont elle est si proche géographiquement, fait qu’on la retrouve aujourd’hui dans plusieurs organisations internationales qui ont pour but de mettre en place une zone de libre échange en Asie et de l’étendre au Pacifique :

·        l’APEC (forum de coopération économie Asie - Pacifique) depuis sa création en 1989.

·        Le Partenariat TransPacifique qui rassemble 9 pays dont les USA qui négocient entre eux depuis  2010 la mise en place d’une zone de libre échange qui pourrait servir de modèle au projet de l’APEC.

·        L’ASEAN (Association des nations du Sud-Est asiatique) + 6 (Chine, Japon, Corée du Sud, Australie, Nouvelle Zélande et Inde). 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

http://www.poweredsem.com/ 22/08/2014 11:47

I guess I have been to all the important destinations of Australia. I have been to Sydney in the year 2000. Couple of months back, I got an opportunity to travel to Canberra, Melbourne, Brisbane and Perth. It was an amazing experience.