Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Géopolitis21

L’Europe, les migrants et des questions

27 Septembre 2015 , Rédigé par hunza

Vendredi 25 septembre 2015, un nouveau record d’entrée de migrants (environ 10 000) en Croatie a été enregistré. Ainsi le flux ne tarit pas même si nos médias n’en parlent quasiment plus…. Ces derniers sont ensuite dirigés vers la Hongrie où ils sont pris en charge pour être acheminés vers l’Autriche alors que le premier ministre hongrois Mr Orban avait fait fermer la frontière avec la Serbie le 15 septembre et fait voter des lois très sévère à l’encontre des migrants qui la franchiraient …. C’est à ne plus rien y comprendre ! D’autant plus qu’on nous avait annoncé le retour des contrôles aux frontières de l’Autriche et surtout de l’Allemagne dès le 14 septembre en « violation » des accords de Schengen ! Or force est de constater que ces dernières mesures ne servent à rien puisque tout le monde continue de passer.

 

Mais comment tout cela va-t-il finir ? Car on voit bien que l’UE est complètement dépassée dans la gestion de cette crise puisque, à ce jour, aucune décision sérieuse, je dis bien aucune décision sérieuse n’a été prise concernant ce flot ininterrompu de migrants en provenance de Turquie, voire de Libye. Rien concernant le début d’une tentative sérieuse de résolution en Syrie (on discute toujours de savoir ce qu’on doit faire de Bachar et de l’Etat islamique or la crise syrienne a commencé en 2011 …) et en Libye (là aussi c’est le chaos depuis 2011 !). Rien sur le début d’une tentative sérieuse de contrôle des frontières de l’espace Schengen. Comment est-il possible de laisser la Turquie fermer les yeux sur toutes ces embarcations de migrants qui partent depuis ses côtes alors qu’on sait que ce pays dispose d’une armée et d’une police puissantes ? La Turquie se vengerait-t-elle ainsi de l’UE qui ne veut pas l’intégrer en son sein ? Comment accepte-t-on que la Grèce qui a signé les accords de Schengen ne les respecte pas alors qu’en plus on ne cesse de l’aider sur le plan financier ? Comment tolère-t-on le développement des réseaux de passeurs car, à force de ne rien faire pour contrôler vraiment l’arrivée des migrants, c’est pour beaucoup d’organisations criminelles de l’argent facile à faire grâce au trafic d’êtres humains ?

 

Depuis des semaines, l’UE a demandé à tous les Etats membres de se répartir 120 000 migrants, mais, aujourd’hui, ce chiffre est complètement dépassé. Tout le monde le sait puisque chaque jour ce sont plusieurs milliers de migrants qui passent les frontières de l’espace Schengen alors pourquoi continuer de s’arcbouter sur ce nombre de 120 000 ? Ce sont 300 000, 400 000 voire bientôt des centaines de milliers de migrants qu’il faudra répartir dans toute l’UE puisqu’ils sont des centaines de milliers à être prêts à partir de Turquie ou de Libye. Pourquoi ne le dit-on pas ? Et puis, tous ne sont pas des réfugiés. Il a fallu le drame du petit Aylan et de la parution de sa photo pour émouvoir le monde entier et surtout culpabiliser l’Europe « forteresse » et égoïste devant le drame des migrants. Mais qui s’est demandé pourquoi tout d’un coup on était en train d’assister à ce déferlement de migrants ?  Certes, les côtes grecques subissaient déjà des débarquements mais le rythme a soudainement explosé depuis cet été. Idem en Méditerranée où les récupérations des embarcations pleines de migrants n’ont jamais été aussi nombreuses au large des côtes libyennes ? Et pourquoi ce sont majoritairement des hommes jeunes qui arrivent ? Comment disposent-ils d’autant d’argent pour se payer ce type de « voyage » quand on sait qu’ils viennent pour la plupart de pays où le niveau de vie est bas ? Les journalistes nous parlent de milliers d’euros à acquitter auprès des passeurs. Et puis pourquoi l’Europe est-elle systématiquement culpabilisée alors que les pays du Golfe qui sont pourtant très riches et plus proches culturellement de la plupart des pays d’origine des migrants ne font aucun effort pour les accueillir sans que cela n’interpelle qui ce que ce soit parmi nos dirigeants ? Je rappelle tout de même que l’Arabie Saoudite est plus proche de la Syrie que de la Grèce …. Et puis pourquoi les migrants, qui sont majoritairement de religion musulmane, viennent dans des pays dont le mode de vie est honni ou, à tout le moins, contraire aux principes édictés dans le Coran ?

 

Migrants, réfugiés ou clandestins. Finalement, on ne sait plus très bien qui sont toutes ces personnes qui arrivent dans l’UE. Si les mots ont leur importance, ils peuvent aussi servir à nous embrouiller. Récemment, l’Allemagne a  affirmé que parmi les demandeurs d’asile un tiers était de faux Syriens. Alors que vont-ils faire de tous ceux qui se prétendent être des réfugiés et qui ne le sont pas ? Car jamais,  je n’ai entendu les dirigeants européens être ferme vis-à-vis des clandestins - je rappelle qu’il s’agit de personnes entrées illégalement sur un territoire – et faire appliquer la loi qui est le renvoi dans le pays d’origine de ces derniers. Dura lex sed lex. Si notre devoir est en effet de protéger la vie d’une personne en danger de mort, il est aussi  de faire respecter nos lois car sinon à quoi bon s’en doter si c’est pour ne pas les appliquer …. C’est égoïste, c’est salaud, c’est inhumain, c’est indigne, c’est honteux, c’est tout ce que vous voulez mais un pays se doit d’abord de s’occuper de ses propres citoyens dans la misère avant de s’occuper de celle des autres. C’est aussi du bon sens.

 

Pour l’UE, cette crise migratoire est donc une étape très importante de son histoire car, à force de ne rien faire, les peuples qui la composent risquent de se retourner contre elle et y mettre fin. Ce sera donc le retour des vieilles nations et de leurs intérêts particuliers. Ainsi le projet fédérateur européen aura vécu par l’extraordinaire manque de courage de ses dirigeants politiques. 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article